Le site ornithologique

Le site fut crée en 1995 et comprend 200 hectares. À l'origine, le marais était d'une dimension supérieure à celle que nous lui connaissons aujourd'hui. En fait, il ceinturait les deux montagnes de Cacouna.
carte du site ornithologique En 1970, avec les travaux d'aménagement du port de mer de Gros-Cacouna et le remblayage qui s'en est suivi, le marais s'est vu coupé du fleuve. Ainsi séparé du fleuve, grâce à l'eau de pluie, le marais s'est adouci peu à peu. Il est toutefois encore considéré comme un marais salant.
Il y a près de 4 kilomètres de sentiers aux alentours des installations portuaires. Il bénéficie de deux tourelles et d'une cache permettant l'observation de nombreux oiseaux.
Dans le Saint-Laurent, les fonds marins se composent d'éperlarnc-en-ciel, harengs, anguilles, capelans, lançons, maqueraux, sardines...
Dans la zone Cacouna - Ile Verte, les bélugas sont quotidiennement observés au large du port de mer, visibles du littoral et du sommet de la montagne de Gros- Cacouna.
Autres espèces fréquentant la zone Cacouna- Ile Verte sont: les rorqual commun, petit rorqual, marsouin commun ainsi que les phoque commun et pPhoque gris.

Cliquer sur l'image afin de voir un court vidéo
En saison, la multitude d'oies des neiges et bernaches du Canada ne manqueront pas de vous impressionner.
« La Savane » offre un parcours classé « facile » de près de trois kilomètres et elle permet d'apprécier la flore et la faune du marais, hôte de plusieurs milliers d'oiseaux aquatique. Dans les bassins, vous observerez aigrettes neigeuses, canards plongeurs, canard noir, garrot dislande, pluvier argenté, pluvier semi palmé, bécassin roux, râles jaune, bruant de leconte, le guillemot miroir, l'éider à duvet, sarcelles, cormorans à aigrettes et même des pélicans d'amérique. 
À vos lunettes d'approche et bonnes observations!
*Cliquer sur une image pour l'agrandir






Le sentier de la montagne

Accéder au sommet de la montagne de Gros-Cacouna, c'est s'offrir, en 80 mètres d'assention, un voyage qui nous conduit dans la foret mixte jusqu'aux lichens et résineux de la taïga du Nord québéquois. Vous pourrez y observer une flore subnordique, des mammifères marins, les îles avoisinantes (dont l'île Verte) et plusieurs espèces d'oiseaux. Etre là-haut, c'est surtout découvrir un des plus spectaculaires panoramas qui existent sur l'estuaire et le parc marin du Saguenay - Saint-Laurent.
Le sommet est aménagé en observatiore naturel pour que vous puissiez prendre toute la mesure du spectacle. Des points de vue mettent en évidence :
  • la géologie (les îles, les crêtes de la rive sud, les montagnes de charlevoix);
  • le milieu marin (l'observation des bélugas et des oiseaux marins) et la faune ailée migratrice;
  • les riches traditions maritimes du Bas -Saint-Laurent.
  • Le sentier est d'une distance de 2.42 km pour une durée de ramdonnée d'environ 2 heures. D'une dénivellation de 80 m, le degré de difficulté est de facile à moyen.

Mesures sécuritaires et recommendations:

  • Attention! La surface des rochers peut être humide et glissante.
  • Munissez vous de bonnes chaussures de marche et portez des vêtements appropriés.
  • Prévoyez une lotion de protection contre les moustiques.
  • Ne quittez pas le sentier balisé.
  • Les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés d'un adulte.
  • Il est interdit de cueillir des plantes.
  • Rapportez vos déchets.
 

Les marais de Cacouna, un milieu à découvrir

François Drouin
Source: InfoDimanche
Depuis quelque temps, lorsqu'il est question des marais de Cacouna, on pense immédiatement à Énergie Cacouna ou à SkyPower. À ce propos, une simple recherche dans le célèbre moteur de recherche Google avec les mots « marais » et « Cacouna » nous propose dans les premiers sites Internet les différentes études d'impact de ces deux projets. Les sites ornithologiques, écologiques ou ceux précisément consacrés aux marais viennent loin derrière. À l'aube d'une deuxième grande période de bouleversements avec l'implantation du port méthanier pour les marais de Cacouna, découvrons ensemble les charmes tranquilles de ce joyau bas-laurentien.
Le randonneur comme le passionné d'ornithologie se voient proposer deux circuits pour découvrir l'endroit. Il bénéficie de deux tourelles et d'une cache permettant l'observation de nombreux oiseaux. « La Savane » offre un parcours classé « facile » de près de trois kilomètres et elle permet d'apprécier la flore et la faune du marais. Long de quatre kilomètres, le sentier de la montagne propose un niveau de difficulté allant de facile à intermédiaire. Vous pourrez y observer une flore subnordique, des mammifères marins, les îles avoisinantes (dont l'île Verte) et plusieurs espèces d'oiseaux. La Route verte est accessible à partir de cet endroit.
Le lieu ornithologique du marais de Gros-Cacouna est classé comme le troisième meilleur endroit pour l'observation des oiseaux au Québec. Vous pourrez donc y observer le râle jaune, considéré comme une espèce vulnérable, le bruant de Nelson, le garrot d'Islande, le hibou des marais, le faucon pèlerin, le petit blongiot, des pélicans d'Amérique et plusieurs milliers d'autres espèces d'oiseaux aquatiques.
À l'origine, le marais était d'une dimension supérieure à celle que nous lui connaissons aujourd'hui. En fait, il ceinturait les deux montagnes de Cacouna. En 1970, avec les travaux d'aménagement du port de mer de Gros-Cacouna et le remblayage qui s'en est suivi, le marais s'est vu coupé du fleuve. Ainsi séparé du fleuve, grâce à l'eau de pluie, le marais s'est adouci peu à peu. Il est toutefois encore aujourd'hui considéré comme un marais salant. L'étang au pied de la montagne contient une eau dite « saumâtre ». Le territoire était une propriété de Transports Canada, qui a cédé les terres inutilisées par le port au Service canadien de la faune.
Depuis la création du lieu ornithologique en 1995, plus de 4000 arbres et arbustes ont été plantés sur 500 hectares dans le but de revégétaliser les berges rocheuses. L'aménagement de deux tourelles, de sentiers, d'une aire de stationnement et de panneaux de signalisation et d'information a permis de rendre ce milieu accessible aux différents utilisateurs. L'aménagement d'une zone tampon entre le secteur portuaire et l'habitat faunique a permis d'assurer la protection du marais. Le projet totalise 179 203 $.

Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP)

En 1996, lors de l’Écosommet, une requête a été faite de la part des participants pour l’implantation d’une Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) dans le Bas Saint-Laurent. Le Conseil Régional de l’Environnement du Bas Saint-Laurent (CRE BSL) s’engage alors dans le démarrage d’un comité ZIP et forme un comité de travail qui établit les premiers contacts avec Stratégies Saint-Laurent.

Parc côtier Kistotuk

Kiskotuk signifie en malécite « terre dénudée à marée basse ».

De nouveaux outils pour protéger les habitats fauniques du corridor côtier Cacouna-L'Isle-Verte

Source: RIVIÈRE-DU-LOUP, QC, le 1er nov. 2012 /CNW Telbec/
La Corporation PARC Bas-Saint-Laurent a inauguré avec fierté de nouveaux aménagements et outils destinés à mettre en valeur et à protéger des milieux d'une richesse faunique exceptionnelle dans le corridor côtier Cacouna-L'Isle-Verte. Ce projet, qui a bénéficié d'une aide financière de 58 000 $ de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement, s'inscrit dans le droit-fil des objectifs de conservation du tout nouveau parc côtier Kiskotuk.
Parc côtier KistotukLe parc côtier Kiskotuk englobe le dernier grand marais à spartines de l'estuaire du Saint-Laurent ainsi que des prairies d'herbes salines, des collines, des tourbières et des pessières. Ces habitats diversifiés abritent un grand nombre d'espèces animales et végétales. On a notamment recensé près de 260 espèces d'oiseaux dans la Réserve nationale de faune de la baie de L'Isle-Verte, comprise dans le territoire du parc.
Les outils développés par la Corporation PARC Bas-Saint-Laurent ont pour but de mettre en valeur les habitats fauniques et floristiques du parc côtier Kiskotuk et de sensibiliser les visiteurs à leur fragilité. « Des panneaux de signalisation et d'interprétation aideront les utilisateurs à découvrir les beautés du parc tout en réduisant au minimum les traces de leur passage », a expliqué Robert Gagnon, directeur de la Corporation PARC Bas-Saint-Laurent.
De plus, un guide découverte présente les différents secteurs du parc ainsi que les règlements à respecter. Enfin, des guides-naturalistes proposent des activités d'interprétation dans le cadre de sorties de groupe organisées sur réservation.
« Ce projet s'inscrit parfaitement dans notre mission, qui est d'aider les collectivités locales à s'approprier leur environnement, à en jouir de façon responsable et à transmettre ce patrimoine naturel aux générations futures », a commenté Catherine Leconte, directrice générale de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement.
Outre la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement, la Fondation de la faune du Québec a soutenu le projet à hauteur de 20 000 $ dans le cadre du programme Découvrir les habitats fauniques. Le Réseau d'observation de mammifères marins, la Première Nation Malécite de Viger, la MRC de Rivière-du-Loup, le Service canadien de la faune d'Environnement Canada ainsi que les municipalités de Cacouna et de L'Isle-Verte ont également collaboré au projet.
À propos de la Corporation PARC Bas-Saint-Laurent
La Corporation PARC Bas-Saint-Laurent - un organisme sans but lucratif créé en 1997 - constitue une ressource régionale commune pour les organisations qui œuvrent pour la conservation de la biodiversité et le développement touristique dans le cadre d'activités de promotion, de mise en valeur et de gestion des ressources naturelles. Cette mission suppose la planification, l'organisation, le pilotage et le suivi de projets d'aménagement durable sur le territoire du Bas-Saint-Laurent.
À propos de la Fondation Hydro-Québec pour l'environnement
La Fondation Hydro-Québec pour l'environnement soutient des organismes qui œuvrent concrètement la protection, la restauration et la mise en valeur des milieux naturels qui sensibilise les collectivités locales aux enjeux environnementaux particuliers de leur milieu de vie. De 2001 à 2011, la Fondation a accordé 10,3 millions de dollars à 177 projets dans toutes les régions administratives du Québec. La valeur globale de ces projets est estimée à près de 35 millions de dollars. Pour en savoir plus sur les différents projets , visitez le www.hydroquebec.com/fondation-environnement.
SOURCE : FONDATION HYDRO-QUEBEC POUR L'ENVIRONNEMENT
Renseignements :
Corporation PARC Bas-Saint-Laurent
Robert Gagnon, directeur général
Tél. : 418 867-8882, poste 201
Courriel : direction@parcbasstlaurent.com
Fondation Hydro-Québec pour l'environnement
Tél. : (514) 879-4804
Courriel : Fondation-environnement@hydro.qc.ca

La Route bleue du sud de l’estuaire offre 400 km de plaisir bleu !

Un sentier maritime est un réseau de mises à l'eau, d'abris sécuritaires, d'aires de repos, de services d'hébergement et d'alimentation, de campings rustiques et commerciaux. Visitez le site pour planifier votre prochaine excursiom
Les routes bleues

Considérant que le Saint-Laurent compte plus de 2 500 kilomètres de rive, il est donc nécessaire de développer le Sentier maritime par tronçons en appuyant les initiatives locales. Afin de proposer un concept uniforme aux futurs usagers du Sentier, il est essentiel d'utiliser la même désignation pour qualifier les différents tronçons du Sentier maritime du Saint-Laurent, celle qui a été privilégiée est « Route bleue ».


Objectifs

Le Sentier maritime du Saint-Laurent vise à :
  • Mettre en valeur le Saint-Laurent et le rendre plus accessible;
  • Prévenir la détérioration des milieux naturels en les protégeant d'une utilisation intensive et désordonnée;
  • Favoriser l'entretien de relations harmonieuses entre les usagers et les propriétaires riverains;
  • Développer un intérêt pour la protection des écosystèmes au sein de la population riveraine et des utilisateurs;
  • Favoriser la sécurité des usagers;
  • Générer une nouvelle source d'attraction, de visibilité et de retombées économiques pour l'industrie touristique.
Voir aussi: Le Sentier Maritime du Bas St-Laurent
 
Le site ornithologique du marais de Gros-Cacouna est classé comme le troisième meilleur endroit pour l'observation des oiseaux au Québec.


Nouveau parc côtier Kiskotuk 2012
Les marais de Cacouna, un milieu à découvrir
Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP)
La Route bleue du sud
Canards Illimités Ca
Oiseaux du Québec.org
Information sur les oiseaux
Club des ornithologues de Québec inc.
Baleines en direct.
Environnement Canada
Météo maritime
Table des marées et courants
Traversier Rivière du Loup - St Siméon


Baleines en direct est un site de référence et d'actualité dédié à l'éducation pour la conservation des baleines du Saint-Laurent et de leur habitat naturel.

 

 

 

 

Étage de végétation:

82 m: lichens
80 m: pin gris
70 m: épinette noire
50 m: forêt mixte
20 m: thuya
10 m : champignons